Vivre debout !

Il a fallu du silence et du temps à Méduse, pour se poser cette simple question. Vivre ou ne pas Vivre ? Cette expèrience est troublante. Méduse a envie de parler en Je, de s’incarner, d’exister, mais elle n’est pourtant qu’une chimère, qu’un concept planant entre deux pôles contraires.

       

L’artiste en souffrance a donc laissé un temps le personnage de côté. Sur la bande d’arrêt d’urgence, la conscience et le corps se sont alliés pour donner une autre nourriture à la psyché. C’est que le vertige fut éprouvant, de la lune d’août à celles d’automne. Au temps du Scorpion, il devenait crucial de se retirer de la partie. Piège ou pas piège ? Où donc ce regard impudique va t il donc nous conduire ? Comment résoudre l’énigme du miroir sans se figer soi même ?

1377205_882382038439077_8874206429295742231_n

Au nom du corps, l’artiste fit l’effort d’une exploration intérieure, jouant des allers et retours entre l’ici et l’ailleurs,  calmement, un entre terre et ciel maintenant familié.

Alors, vivre ou ne pas vivre son rêve ?

Certains éveillent d’autres font sombrer.

Toute la tragédie de Méduse réside là.

Une chose est certaine, les évènements sont plus simples et plus justes lorsque l’Ego-mental fait silence. Les extases des oiseaux multicolors étaient là pour témoigner …

L’amour d’Apollon ou celui de Dyonisos?

Vivre son amour adolescent coûte que coûte ? Depuis quelques lunes, Méduse pensait avoir (re)trouvé la barre de son coeur…  Chemin intéressant, intense, mais particulièrement douloureux.

C’est con un adolescent, faut bien l’admettre!

Du souvenir de Méduse, l’Amour n’est pas souffrance, n’est pas fuite, ni peur. Quelques réminiscences des enfers en revanche … Comment reprogrammer ?

Le duel se joue donc maintenant entre la conscience et la raison d’une femme qui rêve d’être mère. Le coeur n’a pas le droit au chapitre, il fut jugé non objectif, écorché depuis trop longtemps par des symboles éronés, embrassé par une sauvage immensité qu’aucun homme ne pourrait, de toute façon, revendiquer.

Vivre, oui.  Cette seule réponse, chaque matin, au premières secondes, lorsque le brouillard nocturne s’estompe, petit à petit, laissant chaque cellules s’éveiller au tangible.

Vivre, encore, avec simplicité et lâché prise, car après tout, le monde n’est qu’une question de point de vue, la vérité une somme d’expèriences.

14355568_1757291267893968_4362113314430667896_nVivre toujours, debout, digne, oeuvrant pour rendre ses utopies concrètes.

Vivre comme une Marguerite, sans plus attendre après une ombre.

      w-eve-im-a-bootstrap

 

 

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.